HOT ROC : La petite histoire du club
(par l'actuel Président): Bruno FARA


Un club, ce n'est pas uniquement des adhérents et des licences à tamponner, c'est surtout la volonté de quelques un de créer une association, puis ensuite de la faire vivre. Un club doit avoir une âme.

A l'origine HOT-ROC fut le "le bébé" de 3 jeunes grimpeurs (Jean-Christophe BERRARD, Laurent DE LAFOUCHARDIERE et Eric REVOLLE) qui au printemps 1985 cherchaient à démarrer un projet de saut à l'élastique depuis des montgolfière!!! Eole eut vite raison de leurs ambitions et les statuts de HOT-ROC intégrant la pratique de l'escalade, l'association ainsi crée trouva sa vocation lorsque nos 3 étudiants canalisèrent leur énergie à NEUVILLE sur AIN... barre rocheuse qu'Eric Revolle dénicha sous les buis. La région manquait d'écoles d'escalades de bon niveau, et cette falaise promettait beaucoup. Le noyau dur de HOT-ROC se renforca immédiatement de quelques équipeurs locaux (Rémi ESCOFFIER, Bruno FARA), et pendant 5 ans ce fut la raison d'être de l'association qui assuma seule l'équipement de ce site.

Presque tous les adhérents de l'époque sont encore fidèles à ce groupe de copains qui ne voulait plus adhérer au C.A.F (association dans laquelle il ne se retrouvaient pas car elle ne prenait absolument pas en compte à l'époque leurs rêves élitistes de huitième degré). Avant le gymnase d'Aubarède il est amusant de noter que nous nous retrouvions tous le jeudi soir dans un bar à 50 mètres du C.A.F.. ou de tout temps les cafistes eurent leurs habitudes! Les copains nous traitaient de dissidents.

En quelques mots HOT-ROC fut le regroupement de jeunes grimpeurs, motivés par l'équipement, qui cherchaient à faire évoluer le niveau de l'escalade lyonnaise. Dans les années 90 (avant l'apparition des murs), il est indéniable que tous les bons grimpeurs lyonnais sont passés par Neuville sur Ain... Se doutent-ils qu'ils sont tous un peu des produits HOT-ROC!

Qui se souvient des A.G qui se limitaient à des concours de téquila frappées! Ensuite il y eut des époques bien décrites dans le topo ROC'in BUGEY. Depuis 1996 le mur d'escalade du Gymnase d'Aubarède a considérablement bouleversé nos habitudes. Les 30 à 40 copains sont devenus 180 adhérents en 1998 et encore 160 en 1999. Pour l'an 2000 la restriction de 3 à 1 créneau hebdomadaire laisse présager une baisse des inscriptions... Une seule certitude, l'esprit de départ du club perdure, et chaque week-end le noyau dur équipe et entretient la falaise de Crept. Voilà sans doute ce qui fait survivre un club, trouver un but commun à l'équipe active.

Notre créneau au mur d'escalade du Gymnase d'Aubarède a cessé en septembre 2007 ... Depuis 1996 nous utilisions la structure municipale du gymnase d’Aubarède, si les premières années nous fûmes assez actifs (compétition, renouvellement des itinéraires), force est de constater que depuis une longue période les membres de Hot Roc intéressés par la pratique ne désirent pas construire un projet. Le club Mouste’clip (et avant la Mulatière) qui avait déjà récupéré nos créneaux du lundi et du mercredi il y a 7 ans, étant par contre beaucoup plus actif, c’est donc ce club qui à compter de septembre 2007 a récupéré le créneau du jeudi soir.Utiliser le mur d’escalade du gymnase d’Aubarède sans nous impliquer autrement qu’en consommateurs n’avait plus de justification … C’est une évidence que nos adhérents ne participaient pas au changement annuel des prises et à leur entretien (lavage) et que ce travail était effectué uniquement par Mouste’clip... Très peu de passerelles ont existé entre ceux qui prenaient la carte pour accéder au mur d’escalade et ceux qui ne le fréquentaient pas. C’est en partie ce constat, (ajouté a des problèmes avec les gardiens), mais surtout le désir d’être logique en laissant le club qui désirait s’investir étendre son action, qui a poussé (après consultation du service des sports) le bureau de Hot Roc à ce ce changement d’orientation assez radical.